Catégories

Newsletter

Actualités

Toutes les actualités

TITEUF flipbooks "Zizi Sexuel" !

CINE NIC - Le ROI des projecteurs pour enfants !

Publié dans Les ARCHIVES du Doc ! [09/07/2009]
 
RSS

un texte de Jordi ARTIGAS, petit lecteur de Catalogne (Espagne)

L'origine de ce petit article pour HEEZA a été une lettre d'un petit lecteur de l'Aveyron (France), Alain FERAL, qui demandait des informations sur un appareil de projection pour enfants de marque NIC « qui a fait le bonheur des enfants dans les années 40/50 ». (cf. "HEEZA actualités" N°12, page 12 - Ndlr)

C'est sur invitation des p'tits gars de chez HEEZA que je vais essayer avec plaisir de lui raconter brièvement l'histoire de cet objet, non seulement à partir de mes propres souvenirs d'enfant (années 50/60), mais aussi de mes recherches en tant qu'historien, à travers les interviews que j'ai eu à partir de 1983 avec les fils des fondateurs : Tomàs et Albert NICOLAU ARAQUE, Mme PILAR, veuve de Josep Ma NICOLAU, et aussi de Pere BOSOM ..."

Jordi ARTIGAS


Nous devons tout d'abord distinguer deux catégories d'appareils de projection pour enfants :
d'une part ceux qui utilisent une pellicule papier, et d'autre part, ceux qui utilisent les différents formats cinématographiques sur pellicule en celluloïd, le 9,5 mm, 8, Super 8 et 16 mm.

Le Ciné NIC faisait partie de la 1ère catégorie.

Publicité du Ciné NIC

La gamme Cinéma NIC, (abréviation pour NICOLAU, du nom de la famille de fabricants de Barcelone qui l'ont créé) était une gamme très riche et complète. On y trouvait bon nombre de projecteurs qui se sont modifié et perfectionné au fil du temps pour aboutir à un modèle sonore. Ce dernier était doté d'un gramophone synchronisé avec le film et utilisait des disques 78 tours. Les pellicules étaient de larges bandes de papier translucide, avec deux historiettes en haut et en bas. Les dessins présentaient un mouvement différent, qui permettait d'obtenir une animation à deux temps. L'animation, bien que primitive, n'en était pas moins efficace....


LE NIC : 1931 - 1974

C'est en 1896 que le grand père Tomàs NICOLAU RIBA fonde à Barcelone une industrie de papier peint, qui s'est ensuite orientée vers le papier calque pour se transformer finalement en une usine d'industrie du jouet avec la génération suivante, qui en 1931 dépose un brevet pour le premier projecteur de dessins animés.

Jusqu'au début des années 40, Josep Ma, ingénieur industriel, se chargera des tâches d'administration, Tomàs, ingénieur textile, écrira les scénarios et les adaptations des bandes tandis que Ramón, architecte, sera l'auteur des dessins.

Après la guerre civile d'Espagne en 1939, ce sont leurs enfants qui continueront à développer cette industrie : Albert se chargera des ventes et du marketing, Tomàs des dessins, de la publicité et des scénarios, tandis que leur cousin Pere BOSOM GRIÑO s'occupera de la mécanique des appareils pendant 50 ans, aidé de son propre fils.
L'usine du NIC se trouvait tout d'abord au 48 de l'avenue Parallel, pour ensuite se transporter au 175 de la rue Nou de la Rambla, dans le quartier barcelonais du "Poble Sec".

La dizaine d'ouvriers était pour la plupart des femmes, et toute la chaine de fabrication des jouets s'effectuait là, excepté la peinture des pellicules ...


10 MILLIONS D'APPAREILS

 

1931 fut l'année de la proclamation de la République Espagnole, époque d'euphorie sociale et politique, de démocratisation et de récupération des institutions Catalanes. Mais c'était aussi l'âge d'or du cinéma, le sonore pointait sa voix et c'était sans aucun doute le bon moment pour voir apparaître le Ciné NIC.
Son succès durera 43 ans pendant lesquels, selon divers témoignages des NICOLAU, pas moins de 10 millions d'appareils seront fabriqués ! (Je me souviens des files de vendeurs et de représentants des grands magasins qui se formaient devant les usines du NIC à l'époque des Rois Mages -en Espagne, l'équivalent du Père Noël).

Les premiers NIC -muets- ont été mis en vente en 1932, juste après le dépôt de brevet de 1931. Le NIC sonore a parlé pour la 1ère fois en 1934.

Le NIC a été diffusé partout en Europe : en France à travers les usines du "Ciné Sélic" à Marseille, en Angleterre il deviendra le "Eagle", en Italie le "Ciné ZANETTI" des fabriques SASOLI. Il connaîtra aussi un grand succès populaire en Suisse et au Portugal, tandis qu'en Allemagne, il sera carrément copié sans la permission des NICOLAU, marque et logo compris ...
En dehors de l'Europe, le NIC sera non seulement diffusé aux USA sous le nom de "King Cinéma", mais aussi en Argentine et au Japon.

L'usine de Barcelone n'aura jamais fermé ses portes jusqu'en 1974, excepté pendant la deuxième année de la guerre civile (1939) ...


"EL CINE DE LOS NIÑOS"

 

C'était le slogan du NIC en Espagnol, et "El Cinema dels infants" en Catalan.
Mais pourquoi ce succès, pourquoi a-t-il été si copié et imité ?

Voici quelques raisons ...
Tout d'abord, l'opportunité commerciale de son lancement.
Ensuite la vaste gamme de modèles différents proposés, à tous les prix, permettant à chacun d'y trouver son compte en fonction de ses finances : le NIC normal, avec son caisson de lumière en carton, le métallique en fer blanc ou en tôle, le Super NIC normal et le Super NIC métallique, le NIC sonore avec phonographe synchronisé (de 1934 à fin des années 60), le NIC Télévision (première moitié des années 50), le Reflex NIC, et bien d'autres ...

Le NIC sonore La bande-son sur gramophone
Le NIC sonore et sa bande-son sur gramophone
(ici BAMBI)

Le NIC Télévision
Le NIC Télévision

Une autre raison -et pas des moindres- fut qu'il était un jouet créatif qui poussait vers l'activité : rien n'était plus facile que de créer ses propres bandes sur papier.
Mon frère et ma soeur se souviennent encore des projections publiques et des "premières" que nous organisions chez nous avec nos propres histoires dessinées sur papier translucide à l'encre de chine et teintes de couleurs....

C'était vraiment "jouer au cinéma" ...

Enfin, le succès du NIC s'explique aussi par le très grand nombre de films proposés, basés non seulement sur des fables et contes légendaires, mais aussi inspirés de récits bibliques.
Les NICOLAU ont aussi créé avec leurs scénarios quelques personnages populaires récurrents comme "MIAU" le chat (qui ressemblait à Félix), TOM le cowboy, "MANOLIN" le bonhomme de neige, "NIKITO", dérivé du nom de NIC, ...etc.

Quelques titres parmi plusieurs centaines : Barbe Bleue, Le Conte de la Petite Souris, Le Petit Soldat, Miau Cordonnier, Le Chat Botté, Le Château Maudit, La Fille du Meunier, L'Assaut de la Fromagerie, Le Cirque ...etc.

Mais les pellicules NIC ont aussi représenté des personnages du grand écran et de la bande dessinée : la décade des années 30 verra paraître de nombreuses bandes avec POPEYE le marin, tandis qu'à partir de 1945, ce sera "Garbancito de la Mancha" qui animera plusieurs bandes, inspirées du 1er long métrage de dessin animé européen, réalisé à Barcelone.
Enfin, en 1942, la maison NIC achète les droits pour faire des bandes avec des dessins DISNEY, puis, progressivement, l'ingénuité et la personnalité des dessins des usines NIC disparaîtront pour être remplacées par la standardisation venue d'outremer....


LE JOUET AU MUSEE

 

Mais le bonheur, comme le malheur, n'est pas éternel et les usines NIC ferment leurs portes en 1974, surtout pour motifs économiques, mais aussi parce que la télévision entre dans les foyers.
Cinq ans plus tard, un brocanteur achète une partie du stock, la met en vente dans sa boutique tout en essayant inutilement d'intéresser quelques institutions à préserver quelques pièces historiques ....

Plus tard, un collectionneur passionné par le cinéma, Tomàs MALLOL, évitera l'oubli définitif de cette histoire en rachetant à Tomàs NICOLAU tous les appareils, prototypes, pellicules, disques et documentations qui viendront enrichir sa superbe collection de pré-cinéma et de cinéma.
Si vous passez un jour par la ville de Girona, venez visiter son "Museu del Cinema" : vous pourrez y admirer cette collection, lecteurs surfeurs d'HEEZA (et les autres).

 

Le Musée MALLOL
Tous les trésors du Ciné NIC au "Museu del Cinema"
de Tomàs MALLOL à Girona

 

D'ailleurs, ce collectionneur qui ouvre un musée n'est pas le seul chez nous.
Il y a entre autres la collection privée "Col-leccine" de Jordi Tomàs à TERRASSA (Barcelone), celle du "Museu de Joguets" créé par Josep Ma Rosa à FIGUERES (Girona), où se trouve aussi le Musée DALI, et enfin le "Museu Valencià de la Joguina" qui contient le fond des usines "Payá" à Ibi (Alicante).

Vous avez donc le choix si vous passez par là...

  • MUSEU DEL CINEMA
    Col-lecció Tomàs MALLOL
    Sèquia, 1
    17001 GIRONA
    Tel / Fax (34-72) 41 27 77
  • MUSEU DE JOGUETS DE FIGUERES
    Josep Ma JOAN
    Hotel Paris
    Rambla, 10
    17600 FIGUERES (Girona)
    Tel (34-72) 50 45 85
  • COL-LECCINE
    Jordi TOMÀS
    Apartat 525
    08220 TERRASSA (Barcelona)
    Tel (34-3) 787 03 04
  • MUSEU VALENCIÀ DE LA JOGUINA
    Aurora Pérez Caballero, 1
    03440 IBI (Alicant)
    Tel (34-6) 655 02 26
Enfin, pour ceux d'entre-vous qui désireraient en savoir plus sur le Ciné NIC, je vous conseille l'achat du catalogue de l'exposition qui lui a été consacrée : « El Cine NIC, una joguina Històrica del Poble-Sec. Una memòria que s'esborra, una història que es recupera » (Le Ciné NIC, un jouet historique du Poble-Sec. Une mémoire qui s'efface, une histoire qu'on récupère). De format 11 x 21 cm, 32 pages noir & blanc, nombreuses illustrations et photographies, texte en espagnol, il vous en coûtera 500 pesetas (environ 4 €).
Contact :
Centre Documentació Històrica del Poble-Sec
C/De Blai, 34
08004 BARCELONE
Tel: (34-93) 441 36 79

Je dois finir cet article, mais je trouverais injuste de ne pas parler des autres appareils enfantins -papier ou celluloïd- qui ont été inventés et brevetés en Espagne, et principalement en Catalogne et València, presque une trentaine, de 1932 à la fin des années 70 : Le Ciné ISUAR (1932), le Ciné RAI et le Ciné MICKEY (1934), le Ciné SKOB (1942), le Ciné STUK (1962) ....
... et bien d'autres qui ont bien mérité eux aussi un second article ------> ICI !

Jordi ARTIGAS,
Barcelone, Septembre 1997
(article paru initialement dans "HEEZA actualités" No 14, pages 17 à 19)


L'auteur désirerait un échange mutuel d'informations sur ce sujet avec d'autres personnes intéressées par ce thème, merci.

Jordi ARTIGAS
Aragó, 399, pral., 1a
08013 BARCELONE (Espagne)
Tel/Fax : (34-3) 207 65 10


EN SAVOIR ENCORE PLUS

Logo Ciné NIC
Ciné Sélic & Projecteurs jouets à images fixes
Le site très complet de Claude METTAVANT
(Français)


Logo Ciné NIC
El Blog del Cine NIC
Un blog très visuel, dû au collectionneur Salvi JACOMET
(Catalan)


Egalement disponible :

La Danse sauvage

LA DANSE SAUVAGE

un flipbook d'après une bande de CINE NIC